Wild Sea Expedition, another vision of fishing by Nicola Vitali

Découvrez le portrait de Nicola Vitali, fondateur de Wild Sea Expedition et pionier dans les voyages de pêche sportive extrême.

Wild Sea Expedition_Nicola Vitali66641703_10219352592795748_7024961737560424448_o

Bonjour Nicola, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs avant de commencer ?

Hello la team Rodmaps. Je m’appelle Nicola Vitali et je suis un organisateur de séjours de pêche sportive en mer Rouge et au Moyen-Orient. Je possède une bateau-mère au Soudan, j’ai organisé des voyages de pêche à Socotra de 2010 à 2015 et je viens tout juste de recommencer avec un camp de tentes.

Je prévois aussi de créer un camp de base en Érythrée et des trips de pêche exo mouche à Djibouti.  Avec un partenaire, nous commençons également un camp dans la jungle au Pérou pour Arapaima. En plus de cela, j’organise des voyages autour du monde avec mes anciens clients qui souhaitent voyager avec moi et pêcher dans de nouveaux lieux insolites. Nous sommes spécialisés dans la pêche à la mouche, popping et jigging.

Wild Sea Expedition_2

D’où te vient cette passion pour la pêche et pour l’exploration ?

Ces deux passions sont en moi depuis tout jeune. A l’âge de 3 ans, j’ai demandé une canne à pêche alors que personne ne pêchait dans ma famille. Il en est de même pour l’exploration.

Quand j’étais enfant et plus tard à l’adolescence, je ne me retrouvais pas dans des activités « classiques » (enfin, une petite partie de mon temps était quand même consacrée à ça). J’ai toujours eu l’esprit d’exploration

Quand j’avais 12-13 ans, je prenais le bus pour aller pêcher dans mes petites criques perdues en montagne ou je partais en vélo sur le Pô. Je me suis habitué à me prendre en main tout seul rapidement depuis mon enfance.

 Que représente la pêche pour toi ?

Bien que vieillir change quelque peu mes perspectives de vie, la pêche reste pour moi un mode de vie. En premier lieu, la pêche représente mon métier et prend de ce fait une part importante de ma vie.

En second lieu, la pêche me permet de vider mon esprit et me fait oublier beaucoup de mauvaises choses de la vie.

Enfin, je ne me soucie plus de la quantité ni de la taille du poisson (pour moi, bien sûr, je veux que mes clients pêchent bien), mais la pêche est devenue ma façon de vivre et une excuse pour explorer le monde, visiter un endroit incroyable et partager l’expérience de bons gars du monde entier.

Wild sea expedition

As-tu un poisson ou une technique de pêche favoris ?

Difficile à dire… Au cours des 12 dernières années, j’ai eu l’occasion de pêcher beaucoup au Popping pour la GT, et beaucoup de pêche à la mouche en met pour GT et d’autres espèces sur les flats.

Je dirais que maintenant, ce que je préfère dépend de mon humeur. De si je veux m’acharner pour avoir une énorme GT en topwater, ou si je veux aller chercher des trigger fish dans les flats, ou encore jigger comme un malade à la recherche d’un gros doggy.

Wild Sea Expedition_Nicola Vitali

Tu as créé une société appelée «Wild Sea Expedition», dédiée aux voyages de pêche extrêmes. Quelles sont les destinations que vous proposez actuellement et pourquoi ?

A l’origine, nous sommes nés au Soudan et à Socotra (Yémen) qui sont destinations très sauvages et non pêchée. Puis, nous avons mis en suspens Socotra depuis 4 ans et nous avons eu le temps d’explorer d’autres destinations de la mer Rouge.

En 2020, après beaucoup de préparation et d’amélioration, nous pourrons proposer des voyages au Soudan, en Erythrée, à Djibouti et à Socotra.

Nous organiserons également des d’exploration de pêche à la mouche en Érythrée, à Djibouti et à Socotra.

Nous commençons aussi à envoyer des pêcheurs au Pérou pour l’Arapaima. La raison pour laquelle nous promouvons ces destinations, malgré les difficultés d’organisation, est que nous aimons les produits originaux et uniques avec le meilleur service possible.

Pourquoi as-tu choisi de devenir guide de pêche et surtout dans de telles conditions ? Qu’est-ce qui te motive le plus pendant ces voyages?

Profiter et pouvoir passer mon temps dans des endroits sauvages et éloignés de toute civilisation. Pouvoir observer mère nature dans son état le plus pur.

Quelles sont les qualités pour être un bon guide de pêche selon toi ?

Comprendre la pêche et la manière dont les poissons pourraient penser constitue pour moi la base.

Ensuite, pour être un très bon guide, vous devez être capable de gérer tout le voyage, ce qui signifie : quel client va pêcher où, quand et avec quel guide en fonction de ses compétences de pêche et de son itinéraire.

Comprendre jusqu’où vous pouvez aller dans votre enseignement en fonction du type de clients. Parfois vous pouvez enseigner correctement à un gars et en faire un meilleur pêcheur d’ici la fin de la semaine.

Et parfois c’est plus facile de ne pas se soucier de l’enseignement et de simplement les prendre à la pêche avec beaucoup de patience.

As-tu d’autres projets en tête que tu souhaiterais nous partager ?

Comme je l’ai dit, notre projet est d’ouvrir l’Érythrée pour le popping et la pêche à la mouche, Djibouti pour la pêche à la mouche ainsi que Socotra.

Nous développons également le Pérou pour la pêche de l’Arapaima à la mouche. Les îles Andaman et le Gabon sont d’autres destinations sur lesquelles nous souhaitons coopérer avec certains opérateurs locaux, également pour la pêche au popping et à la mouche.

Nicolas Borreau de Rodmaps a effectué son premier voyage exo avec Wild Sea Expedition il y a quelques années. Il nous a confié avoir vécu l’un des meilleurs moments de sa vie grâce à vous et à la grosse GT qu’il a pêchée. Tu te souviens de ce moment?

Oui, je m’en souviens très bien, comme la plupart des poissons pour lesquels j’ai guidé (même s’ils sont nombreux). Le voyage s’est terminé sur une bonne semaine. Si je me souviens bien, du 2 au 12 mars 2014. Nos quatre pêcheurs ont pêché 58 GT. Nicolas pêchait bien, mais il était très habitué des pêches plus « light ».

La pêche exo était elle très éprouvante et Nicolas perdait confiance en lui de jour en jour. Il a finalement réussi à ferrer une belle GT d’environ 45 kg. Une fois qu’il l’a mise au bateau, il a explosé en sanglots.

Après un tel travail et de nombreux efforts fournis, il a finalement eu son poisson de rêve. Après cela, il a seulement pêché avec un ensemble light.

 Nous sommes sûrs que tu dois avoir des milliers d’histoires à nous raconteur. Cependant, en as-tu une en tête que tu souhaiterais nous partager ?

Le point culminant de ma carrière est celui où j’ai vécu le meilleur voyage de pêche GT de l’histoire (6 gars ont eu 325 attauqes de GT en 8 jours) et quand nous sommes revenus de cet endroit isolé, nous avons appris que l’Arabie saoudite avait bombardé l’aéroport de Sanaa.

Nous avons dû quitter Socotra par bateau pour atteindre Oman. J’ai dû également évacuer tous les autres touristes de l’île. Cela semble extrême, mais nous étions très en sécurité et détendus, ce n’était qu’une aventure.

Liens utiles pour mieux connaître Nicola Vitali et Wild Sea Expedition :

Learn to fish with a fishing guide

http://www.wildseaexpedition.com/en/