Vincent de Bruyne, moniteur guide de pêche dans la Marne

Découvrez le portrait de Vincent de Bruyne, moniteur guide de pêche dans le département de la Marne et spécialiste de la pêche des carnassiers.

Vincent de Bruyne, moniteur guide de pêche dans la Marne
Vincent de Bruyne, moniteur guide de pêche dans la Marne

Après des études en aquaculture et une licence pro en gestion de l’eau, c’est tout naturellement que Vincent de Bruyne a voulu faire de l’eau son métier. Pêcheur depuis l’âge de 10 ans, Vincent est devenu aujourd’hui un des personnages phares du paysage halieutique français.

Bonjour Vincent, est-ce que tu peux brièvement te présenter à nos lecteurs avant de commencer ?

Bonjour à tous, je m’appelle Vincent de Bruyne, j’ai 35 ans. Je suis basé dans la Marne (51) sur le site Le Moulin de Sauvage. Je fais ce métier toute l’année depuis maintenant 12 ans. Mes terrains de jeu sont assez variés… La rivière privée du Moulin en canoë pour la traque du brochet, les lacs de la forêt d’Orient en bateau pour leurs brochets et grosses perches ainsi que la Seine.

J’ai été manager du centre de pêche Pesca Extremadura en Espagne pendant 2 ans et demi ; je guide depuis pas mal de temps en Suède et en Hollande au mois de juillet, en Irlande au Club Esox en septembre, et enfin une partie de l’hiver en exo, comme cet hiver au Panama, à la recherche des poissons coqs et cubera géants ! Bref, vous l’aurez compris, ce que j’aime, c’est guider et faire attraper des poissons à mes pêcheurs.

D’où te vient cette passion pour la pêche ?

C’est là que tout est bizarre (rires). J’ai vu mon oncle pêcher lorsque j’étais plus jeune en vacances avec mes parents, et depuis, ça ne m’a plus quitté… Il m’a montré les rudiments, puis mon père a pris le relais (mais il n’était pas pêcheur), m’emmena un peu au début, puis, dès que j’ai eu l’âge d’être seul au bord de l’eau, il me déposait et venait me chercher le soir.

Ensuite, ça n’a fait que s’amplifier jusqu’au point d’orienter mes études autour de la pêche puis d’en faire mon métier.

Aujourd’hui, la pêche est un moyen pour toi de …

Pour moi la pêche est une façon de vivre. Ma vie s’articule autour de ça. Ma maison est collée à l’eau, je vois la rivière de ma chambre. Je suis tous les jours en contact avec l’eau, la pêche, les poissons. Si demain je n’avais plus tout cela, je me sentirai terriblement mal !

Vincent de Bruyne, moniteur guide de pêche dans la Marne

Quelles techniques de pêche proposes-tu et dans quelle région en particulier ?

Je propose particulièrement la pêche du brochet en « canoë guidé » sur la rivière du Moulin de Sauvage. C’est-à-dire que je gère la dérive et le placement du canoë sur les postes pendant que le pêcheur n’a qu’une chose à faire : pêcher. Ensuite, je guide en bateau (perches, sandres, brochets) sur la Seine, les Lacs de la Forêt d’Orient et le lac du Der.

Je suis basé dans la Marne (à 1h30 à l’Est de Paris) mais mon terrain de jeux s’étend aussi bien dans l’Aube, l’Yonne ou la Seine et Marne. En gros, 1h30 autour du Moulin, partout où il y a du poisson et où ils sont le plus actifs.

Le Moulin de Sauvage est un lieu de pêche assez atypique dans le paysage français. Peux-tu nous en dire plus sur ce domaine et sa particularité ?

Le Moulin de Sauvage a été créé par Laurent Labat et sa femme Han il y a presque 20 ans. Laurent avait déjà une longue expérience de la pêche puisqu’il avait vécu aux Etats Unis, guidé plusieurs années en Alaska et avait monté en France le Domaine de Mépieu, en Isère.

Il faisait parti des premières générations de guides « diplômés » et avait un wagon d’avance sur la gestion halieutique et touristique de la pêche en France. Lorsqu’il trouva le Moulin, il tomba immédiatement amoureux du site. Imaginez… 14 kilomètres de rivière privée. Ça laisse rêveur pour un guide ! Il aménagea donc la rivière et le Moulin pour pouvoir accueillir des pêcheurs. Dans le même temps, le caractère fondé en titre de la rivière lui donna les droits de pêche : voilà le pourquoi du comment de ce site de pêche.

Le Moulin de Sauvage est propriétaire du droit de pêche, donc il n’y a que nos pêcheurs sur la rivière. Mais il est aussi propriétaire des droits d’eau. Il existait sur le site une micro centrale que Laurent a remise en état. La pêche combinée à la turbine donna naissance à ce site atypique et prouve par la même occasion que Tourisme Pêche et Micro Centrale peuvent coexister, sans contrainte pour l’une ou l’autre des activités…

Pour ma part, j’ai rejoins l’aventure du Moulin en 2006. À l’heure actuelle, le Moulin de Sauvage, c’est «un voyage de pêche en France». Nous proposons l’hébergement et la restauration pour les pêcheurs et disposons d’un territoire de pêche qui permet de pêcher 6 jours ou plus sans jamais pêcher 2 jours au même endroit ! Imaginez… Vous vous garez sur le parking et vous laissez guider pour une partie de pêche clé en main. La seule chose à laquelle vous pensez, c’est pêcher ; nous, on s’occupe du reste ! Je crois que c’est ce qui définie le mieux le Moulin de Sauvage.

Le moulin de Sauvage
Vincent de Bruyne et une belle truite du Moulin de Sauvage

Le brochet semble être ton poisson de prédilection, n’est-ce pas ? Pourquoi cette espèce en particulier ?

Effectivement le brochet est mon poisson de prédilection. Pourquoi ? Tout d’abord car il est très bien représenté dans la région où je vis, mais aussi car j’aime la pêche de ce poisson. Je le pêche beaucoup en rivière à l’eau claire, et pouvoir voir attaquer les brochets me fait vibrer. De plus, ne jamais savoir la taille du poisson que tu vas ferrer me plait. Garder cette part de mystère jusqu’au moment où l’on comprend que l’on a à faire à un beau poisson…

Et puis il est possible de le pêcher de plein de manières différentes : En surface, au leurre souple, au spinner, au jerk… dans des endroits aussi divers que variés. Cela permet de ne jamais s’ennuyer et nous pousse à nous remettre en question de manière permanente. Un des points essentiels à la pêche !

Tu guides et pêches également beaucoup à l’étranger. Quel est donc ton regard sur la pêche en France et son futur ?

Mon regard sur la pêche en France est simple. Je pense que nos instances n’ont pas bien pris conscience du potentiel pêche en France. Certaines Fédérations comme l’Aveyron, la Vienne, l’Aube et d’autres commencent à franchir le pas du développement touristique lié à la pêche. Mais la route est encore longue.

Nous n’avons rien à envier en terme de milieux à nos voisins Européens alors donnons envie aux gens d’aller pêcher et de venir chez nous. Faisons en sorte que nos rivières soient riches en poissons, accessibles du bord, qu’il y ait des mises à l’eau, luttons contre les pollutions, le manque d’eau dans nos rivières… et les pêcheurs retrouveront naturellement le chemin des rivières, lacs et étangs ! Je sais que c’est facile à dire, mais j’ai été administrateur dans une Fedé et trésorier adjoint d’une AAPPMA, alors je pense que c’est possible.

En travaillant tous dans le même sens, main dans la main (agriculteurs, fédérations de pêche, aappma, syndicats de rivière…) et en professionnalisant un peu plus le secteur par la création d’emplois auprès de personnes ayant suivi un cursus proche des milieux aquatiques et de la pêche, nous avancerons dans la bonne direction.

Vincent de Bruyne, moniteur guide de pêche dans la Marne

Qu’est-ce qui t’anime le plus aujourd’hui dans ton métier de guide de pêche?

Ce qui m’anime le plus dans mon métier, c’est de faire découvrir la pêche et de la partager. Je pense que ce sont les éléments clés du métier. Un bon guide doit aujourd’hui tout mettre en œuvre pour transmettre ses connaissances et les partager avec ses pêcheurs.

Une autre chose m’anime dans ce métier…C’est le fait de découvrir de nouveaux spots, de nouvelles espèces, de nouvelles techniques ; bref, de voyager en France ou dans le monde afin d’emmagasiner un maximum d’expérience. Toujours avec comme but final de faire découvrir et de partager tout cela.

Quel est ton type de clientèle ? Que recherchent-ils derrière Vincent de Bruyne et Le Moulin de Sauvage ?

Je n’ai pas un type de clientèle pré-défini, mais si je devais dire quelque chose c’est que les pêcheurs m’appellent pour aller à la pêche avant tout. Ensuite à moi de les emmener au meilleur endroit du moment. Pour cela, la plupart de mes pêcheurs me font confiance à 100%.
En revanche, la plupart recherche une prestation clé en main, « all in ». Et c’est ce que nous proposons au Moulin. Comme je le disais précédemment, garez vous sur le parking du Moulin, ne pensez plus à rien, on s’occupe du reste !

Vincent de Bruyne, moniteur guide de pêche dans la Marne
Vincent de Bruyne pour un guidage silure

Quelles sont les qualités requises pour être un bon guide selon toi ?

Pour être un « bon guide », la première des qualités à mon sens est de ne pas pêcher ! J’entends trop de pêcheurs me parler de guides qui ont fait un gros poisson en leur compagnie, ou qui ont fait 10 poissons alors que le pêcheur en a fait 2. Et je trouve cela dommage !

Même s’ils ne l’avouent pas, ils auraient préféré être à la place du guide dans ces situations. Alors ma philosophie, et celle que Laurent m’a transmise est : le guide doit être disponible, à l’écoute, et savoir tout mettre en œuvre pour que le pêcheur attrape le poisson, et non pas l’inverse. C’est cela le métier de guide. Ce n’est pas de pêcher, mais de faire pêcher ! Je ne prends quasiment jamais de canne pour guider, c’est la meilleure manière d’être à 100% avec ses pêcheurs…

Ensuite, un guide doit être professionnel. Je m’explique… Il se doit d’être ponctuel, d’avoir le sens du sacrifice et de l’implication, de connaitre ses zones de pêche, d’avoir un matériel irréprochable, des outils de travail propres et bien entretenus (bateau, batteries, électronique, 4×4, canoë, float-tube…), une allure présentable. Bref, tout ce que l’on attend d’une personne dans un autre corps de métier. Car Guide de Pêche, c’est un métier à part entière, un vrai métier avec lequel on doit pouvoir vivre à l’année, et non pas un métier « dilettante » que l’on fait comme ça pour s’amuser ou arrondir ses fins de mois !

Quel est ton plus beau souvenir de pêche ?

Des souvenirs de pêche, j’en ai plein, et ils sont tous aussi beaux les uns que les autres. Tous les moments sont magiques, c’est pour cela que je vais à la pêche. Un coucher de soleil sur les Chiens Perrins à l’ile d’Yeu, une Gt aux Seychelles, un brochet au Moulin… Tous ces souvenirs (et plein d’autres) sont des souvenirs que j’aime entretenir en allant à la pêche et que j’aime partager avec mes potes pour leur faire vivre la même chose. Ce sont les souvenirs qui participent à mon envie de pêcher.

Vincent de Bruyne, moniteur guide de pêche dans la Marne
Vincent de Bruyne avec une belle GT de Madagascar

Quel est également ton plus beau souvenir en tant que guide ?

Pour un fan de pêche du brochet, mes premiers brochets de 120 cm en guidage. La barre myhique d’un guide au brochet. D’autant que cela m’est arrivé deux fois (en gravière et sur le lac du Der) et en plus en France. Quel pied et quels moments de fou ! Quel plaisirs de pouvoir faire vivre cela à des pêcheurs et de le partager avec eux !

Un message à faire passer à ceux qui souhaiteraient découvrir la pêche au Moulin de Sauvage ou ailleurs ?

Je dirais globalement de ne pas hésiter à franchir le pas de prendre un guide ou un séjour guidé, et cela, quel que soit l’endroit du monde. Un guide est là pour vous conseiller, vous orienter, vous emmener sur les meilleurs spots et faire le maximum pour vous faire passer une journée inoubliable ! Alors faites confiances aux guides, vous en ressortirez gagnant !

Découvrez les offres de guidage de Vincent de Bruyne :

Stage de pêche des carnassiers en bateau

Stage de pêche des carnassiers en bateau avec Vincent de Bruyne

C’est à bord d’un Crestliner Kodiac de 14 pieds motorisé par un 40 ch Mercury, échosondeur Humminbird et moteur électrique Minkota que nous vous proposons de découvrir les richesses halieutiques autour du Moulin de Sauvage et sa rivière privée de 14 km.

Découvrir

 

Stage de pêche du brochet en canoë

Stage de pêche du brochet en canoë avec Vincent de Bruyne

C’est à bord d’un canoë que nous vous proposons de découvrir la pêche du brochet en descente, sur un site de prestige avec une fréquentation limitée. Les richesses halieutiques du Moulin de Sauvage font de cet endroit un lieu unique pour partir à la recherche du brochet qui connaît ici une très faible pression de pêche.

Découvrir

Guidages de pêche dans la Marne avec Vincent de Bruyne

La pêche se déroule en canoë sur sa rivière privée de 14 km, ou en bateau sur la Seine, l’Yonne, l’Aube ou encore les grands lacs de la Forêt d’Orient.

Découvrir

Liens utiles pour mieux connaître Vincent de Bruyne et son métier :

Le moulin de Sauvage

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *