Bertrand Masse : Guide de pêche en Haute-Marne

Découvrez le portrait de Bertrand Masse, moniteur guide de pêche en Haute-Marne depuis 2017 et spécialiste de la pêche de la truite en baitcasting finesse.

Bertrand Masse : Guide de pêche en Haute-Marne

Bonjour Bertrand, premièrement est-ce que tu peux te présenter à nos lecteurs ?

Alors bonjour, je m’appelle Bertrand Masse, j’ai 30 ans maintenant et je suis moniteur guide de pêche en Haute-Marne depuis 2017. Avant cela, j’ai été gérant de bar pendant 6 ans. J’ai aussi longtemps travaillé dans le domaine forestier et de fil en aiguille, j’ai découvert le BPJEPS et me suis dit que devenir guide de pêche en Haute-Marne pourrait être une bonne opportunité pour moi. J’ai en effet la chance d’avoir un moulin avec des hébergements, un parcours que j’entretiens depuis des années avec des amis dans le cadre d’une association de protection des milieux naturels.

La pêche c’est ma passion, et ce depuis tout petit. Avec un diplôme de guide de pêche en poche, je me suis dit que j’aurai un parcours privé à présenter aux gens dans un cadre naturel et un département de la Haute-Marne riche en rivières et lacs. Étant déjà dans le tourisme, l’évènementiel (car c’est un peu de l’évènementiel que d’organiser des journées de pêche), l’accueil de personnes et l’environnement, ce métier était tout simplement un bon condensé de ce que je recherchais dans la vie. C’était aussi une bonne opportunité de se lancer de nouveau en tant qu’indépendant. Et puis me voilà !

J’ai bossé ma pêche un bon moment et la passion de transmettre m’a petit à petit poussé à suivre cette formation.

Aujourd’hui, la pêche pour toi c’est avant tout… ?

C’est avant tout un plaisir, un moment de détente. C’est aussi un moment d’apprentissage de la nature, de l’architecture aussi. J’apprends parfois de mes clients. C’est donc aussi un moment d’échanges et de partage.  Enfin, quand on est guide et que l’on est en pre-fishing, c’est aussi un moment de solitude, d’évasion, de concentration, pour se retrouver avec soi-même et la nature.

Quels types de guidage de pêche proposes-tu ?

J’enseigne la pêche de la truite aux leurres de mars à septembre, que ce soit en spinning mais aussi en baitcasting finesse. Je pratique aussi la pêche du brochet en lac et des autres carnassiers comme les percidés. Je guide également mes clients sur de la pêche à la mouche en nymphe à vue ou en sèche pour chercher les grosses truites de la Haute-Marne et les ombres communs.

Derrière cela, j’essaie de proposer des prestations avec du matériel haut de gamme et ça j’y tiens. Je trouve que c’est un point très important pour mes clients d’avoir du matériel qu’ils ne pourraient pour certains pas avoir dans les mains tous les jours. C’est aussi un gage de sympathie et de qualité de leur donner du matériel apte et de bonne facture.

Bertrand Masse : Guide de pêche en Haute-Marne
Bertrand Masse en baitcasing finesse

Tu es selon moi un des seuls guides en France à proposer aujourd’hui du trout baitcasting finesse. Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur cette technique et ce qu’elle a de si intéressant ?

Ce qu’il y a d’intéressant derrière la truite en baitcasting finesse, c’est d’abord le côté finesse. Tout est au bout de la main, c’est léger, les animations des leurres sont hyper précises, rapides et sans temps mort. Zéro latence ! On prend tout de suite contact avec le leurre que l’on anime immédiatement.

Ensuite, les combats, il faut dire que c’est juste de la folie furieuse ! C’est déjà un grand plaisir de prendre un poisson de 30 cm, mais en baitcasting finesse, c’est quand même autre chose. Il y a donc ce côté sensations fortes et ce ressenti qui font vraiment toute la différence.

C’est aussi un geste à apprendre et on se rend compte que lancer en casting avec des petits leurres ça devient très fun et technique. Cela permet par exemple à des pêcheurs qui sont déjà très aguerris dans la pratique de la pêche au lancer ou au casting classique de réapprendre quelque chose. Les gens qui ont fait un peu le tour de la pêche y retrouvent de nouvelles sensations.

Est-ce que tu as un poisson de prédilection ?

Tu l’auras compris, pour moi mon poisson de prédilection c’est la truite. Déjà il est beau, il est super combatif et il y a ce côté traque qui, je trouve, est génial dans l’approche du poisson. Sous une souche, une branche, un accès impossible après 2 heures de wading, c’est un peu de tout ça la pêche à la truite. C’est aussi un poisson très sauvage, surtout notre souche Atlantique qui est assez particulière. À la fois très agressive mais aussi très méfiante comparé à ce que j’ai pu trouver ailleurs comme sur la Loue avec les souches Méditerranéennes. Elles sont peut-être un peu moins agressives mais plus difficiles. Bref, la truite c’est toute une histoire.

Et puis il y a le brochet. Moi qui écoute du métal /punk, j’aime bien le côté un peu « bourrin » ! Lancer des bigbaits toute la journée, prendre de grosses cartouches, faire de beaux combats, c’est aussi quelque chose que j’adore. C’est une pêche qui envoie et où l’on se fait plaisir. Si, en plus, on a la chance de prendre un poisson métré sur le bateau, c’est juste champagne !

Bertrand Masse : Guide de pêche en Haute-Marne
Bertrand Masse et un beau brochet de Haute-Marne

Il y a une expression que j’ai beaucoup aimé sur ton site la première fois que j’y suis allé qui est « la pêche pour tous ». Est-ce que c’est ça qui t’animes le plus aujourd’hui dans ton métier de guide de pêche ?

Oui c’est exactement ça. Au cours de ma demi-saison, j’ai eu la chance de guider des enfants de 12 ans mais aussi des personnes âgées qui ont pêché toute leur vie ou des pêcheurs qui n’avaient jamais touché à une canne aux leurres. J’ai eu des personnes qui n’avaient jamais pêché et qui n’avaient donc jamais pris un brochet de leur vie. Après une première sortie bateau, ils avaient enfin leur première prise ! C’est ce genre de publique qui vient ici et que j’aime guider.

Je travaille également avec des personnes handicapées que j’emmène à la pêche au coup ou au leurres. Je suis très fier quand ils attrapent leur première perche ou leur premier brochet tout seul sans que je les aide. C’est qu’ils ont compris la mécanique du lancer et le maniement d’un leurre. À force d’apprendre, avec un peu de pédagogie et en y allant doucement, on peut voir que tout le monde peut apprendre à pêcher, et ce, peu importe la technique de pêche. Les femmes, les hommes, les anciens, les enfants, les jeunes, ceux qui n’ont jamais pêché, ceux qui pêchent depuis toujours, ou même ceux qui ne sont pas convaincus de leur pratique.

J’ai par exemple guidé un local qui n’arrêtait pas d’entendre dire qu’il n’y avait plus de belles truites dans la Marne… Il a suffi d’une demi-journée pour lui faire prendre une truite de 48 et une de 46, sans compter celles qu’il a loupées. Ça aussi ça fait plaisir. Faire tout simplement redécouvrir aux locaux leur rivière. C’est un peu ça « la pêche pour tous ».

Bertrand Masse : Guide de pêche en Haute-Marne
Bertrand Masse : La pêche pour tous

Comment est-ce que tu vois évoluer le métier de moniteur-guide de pêche à l’avenir ?

Je pense qu’on n’a pas encore acquis, en France, la culture du guidage. Dans notre pays, payer pour faire quelque chose alors qu’on peut le faire tout seul, même si on le fait mal, est encore un choix difficile à prendre.

On est complètement à l’opposé des clients anglophones, qui eux, ont cette culture du guidage depuis des années. Ils viennent, posent leurs bagages, vont à la pêche et passent un moment cool entre amis et en compagnie d’un professionnel de la pêche qui connait ses secteurs. On leur indique un beau restaurant où dîner le soir avec une bonne bouteille de vin et le tour est joué. Ils auront passé un magnifique weekend entre ami ou en famille et vous ne serez que fier d’avoir été l’acteur d’un séjour réussi pour des gens qui avaient besoin d’air.

En France, certains nous traitent encore par moment comme des arnaqueurs, j’ai pu lire cette phrase sur les réseaux sociaux ! L’on devrait plutôt nous voir, selon moi, comme des artisans. C’est bien dommage… Mais des évolutions sont en train de se produire. On entre dans une phase où il y a moins de pêcheurs mais où ceux qui restent sont plus impliqués et intéressés. Je pense que ça ne peut être qu’une bonne chose pour notre métier.

Après, je pars du principe que réussissent ceux qui « se sortent les doigts ». Que tu guides en ville, dans une région méconnue ou dans une destination de pêche réputée de l’Europe et du monde entier, chacun a sa place. Chacun peut réussir, tant qu’il y met les moyens. Si les gens bossent bien et côte à côte plutôt que le contraire, je pense que le métier à un bel l’avenir.

Quel est ton type de clientèle ? Que recherchent-ils derrière tes offres ?

Je n’ai pas nécessairement de clientèle type car mes clients vont de 12 à 68 ans et plus ! Ils viennent de Belgique, de Paris, de la Haute-Savoie, de la Suisse ou du Tarn-et-Garonne. C’est très mixte. En revanche, ce sont pour la plupart des passionnés de nature et de technique qui ont envie d’apprendre quelque chose de plus ou d’approcher un côté sportif. Une pêche qui bouge quoi !

Contrairement à une interview que j’ai lue d’un guide en centre-ville de Toulouse, les gens viennent en Haute-Marne pour retrouver un côté nature avec peu de pression de pêche. Mon rôle ici c’est d’apporter ce petit cadre bucolique et sauvage où il y a du poisson à trouver. C’est ce que j’essaie de montrer à travers mes guidages, qu’il y a des superbes destinations de pêche hors des sentiers battus.

Quelles sont les qualités requises pour être un bon guide selon toi ?

Pour être un guide, je pense qu’il faut déjà toujours avoir le sourire et la motivation. Le matin, même si t’es fatigué ou si t’as eu une mauvaise journée la veille, tu te dois de te présenter devant tes clients avec le sourire. Ensuite, il faut savoir s’adapter à la personne, à son niveau, ses envies tout en prenant en compte des conditions de pêche. Il faut aussi sans cesse être plus pointu et exigeant envers soi-même. Continuer en tant que guide, d’apprendre tous les jours, que ce soit sur notre territoire ou notre technique pour être apte à apporter le moindre petit plus qui peut faire la différence lors d’une journée de guidage. C’est très important.

Bertrand Masse : Guide de pêche en Haute-Marne
Bertrand Masse et une belle truite de Haute-Marne

Ça ne fait même pas une année que tu guides. Quel est ton bilan de ces quelques mois d’activité ?

Après une demi-saison, je ressens d’abord un très grand plaisir de faire prendre du poisson à des gens. J’aime aussi tout simplement montrer ou corriger des gestes et que les gens me disent en fin de compte « j’ai compris plein de choses » ou « je me sens mieux dans ma pratique ». Le but du guide de pêche n’est pas spécialement de faire attraper le plus gros des poissons comme on peut le voir assez souvent mais de faire comprendre aux pêcheurs comment il l’a réellement attaqué, déclenché ou pris. Ce que je recherche, c’est que mes clients  arrivent à une autonomie de pêche et qu’ils gagnent 3-4 mois de travail en une journée. Ça les met en confiance. Ça c’est ma grande satisfaction de cette demi-saison, en plus du partage et des échanges avec des pêcheurs d’une extrême sympathie.

As-tu déjà des projets futurs en vue ?

J’ai peut-être comme objectif de développer des produits en Haute-Loire autour d’un vieux corps de ferme perdu en altitude où les rivières à truite pullulent. C’est dans ces coins un peu perdus, reculés de tout, que l’on retrouve les meilleurs produits et les meilleurs gens. Pourquoi pas donc y développer quelque chose.

Je travaille également sur un trip Haut-Marnais multi-pêche avec des guides encadrant pour être au plus près des pêcheurs. Je cherche à y développer des prestations individualisées qui sortent du lot. J’essaie notamment de monter des partenariats avec des gîtes haut-de-gamme afin de viser une clientèle étrangère : Suisse, Belge ou encore Anglophone et pourquoi pas encore plus lointaine !

Quel est également ton plus beau souvenir en tant que guide ?

Avec mon ami guide Florian Boucault, nous avions guidé deux pêcheurs Belges à qui j’avais promis d’attraper une grosse truite à vue à un niveau précis de mon parcours de pêche. Arrivé à ce niveau, nous sommes tombés sur une voiture garée au loin avec deux femmes nues à l’intérieur… le tourisme champêtre réserve parfois des surprises ! (rires) Pendant que nos amis Belges rigolaient entre eux, j’aperçois une grosse truite en face de nous, dans 30 cm d’eau et à 3 cm du bord, cachée entre deux feuilles.

Le premier problème, c’est que j’étais le seul du groupe à voir le poisson. Le deuxième, c’était la configuration du spot. Il a donc fallu que Florian explique l’aspect technique de notre approche sans pour autant voir où était la truite avant que notre client pose la nymphe, fasse une légère animation jusqu’à temps que j’observe la pectorale s’arrêter et dise « ferre !! ». Le poisson était piqué !

J’ai immédiatement sauté à plat ventre à travers les orties, de la vase jusqu’au torse avec Florian me tenant le bras d’un côté et moi l’épuisette de l’autre.

Au moment où je souhaite la mettre à l’épuisette, la branche sur laquelle j’avais pris appui casse et la truite estimée à 50 rush et explose la ligne de 12/100… J’étais très en colère après moi-même, d’autant plus que leur record était à 34 cm et quelques. Mais finalement, entre les femmes nues sur notre spot, la truite que personne ne voyait, le fait d’annoncer la truite avant d’arriver au spot et le travail d’équipe entre Florian, le pêcheur et moi, ce fût un moment épique ! Eux, en tout cas, étaient ravis.

Bertrand Masse : Guide de pêche en Haute-Marne
Bertrand Masse en baitcasing finesse

Un message à faire passer à ceux qui souhaiteraient découvrir la pêche en Haute-Marne ?

Comme je l’ai dit, la pêche en Haute-Marne bénéficie d’une faible pression de pêche, d’un cadre champêtre et bucolique et rien que ça, sans parler de poisson, ça vaut le détour ! Ensuite, vous pourrez y découvrir une pêche technique, une pêche plaisir entre les ombres communs, les brochets des grands lacs et les belles truites fario. On a la chance d’avoir une moyenne en truite qui est assez sympathique comparé à tout ce que l’on peut trouver en France. Donc profitez-en !

Découvrez les offres de guidage de Bertrand Masse :

Pêche à la truite en baitcasting en Haute-MarnePêche à la truite en baitcasting en Haute-Marne 

Vous voulez ressentir le leurre et le poisson au bout de votre main comme jamais auparavant ? Venez découvrir cette technique ultime de pêche à la truite. Plus rapide et plus précise que la pêche en spinning elle mettra en alerte tous vos sens et vous laissera des sensations inouïes.

Découvrir

Pêche de la truite aux leurres en Haute-Marne

Pêche à la truite aux leurres en Haute-Marne avec Bertrand Masse

Symbole de détente et de tranquillité, la pêche est également une activité sportive et exigeante en permanente évolution. Je vous propose l’apprentissage des toutes dernières techniques de pêche de la truite aux leurres sur du matériel haut-de-gamme pour des sensations fortes garanties !

Découvrir

Pêche des carnassiers dans les lacs de la Forêt d'Orient

Pêche des carnassiers dans les lacs de la Forêt d’Orient avec Bertrand Masse

Laissez-moi vous faire découvrir ces étendues sauvages où la connaissance des milieux est primordiale. Gros brochets, oiseaux migrateurs et paysages atypiques seront au rendez-vous pour des journées inoubliables !

Pêche des carnassiers en bateau dans les lacs de Langres

Pêche des carnassiers en bateau dans les lacs de Langres avec Bertrand Masse

Laissez-moi vous faire découvrir ces étendues sauvages où la connaissance des milieux est primordiale. Gros brochets, oiseaux migrateurs et paysages atypiques seront au rendez-vous pour des journées inoubliables !

One Comment

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *